Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 21:17

 

"C’EST VOUS!" LE DOUBLE MESSAGE DE SERGES KASSY

 
Au moment ou s’observe en Côte d’Ivoire, la disparition progressive de la musique engagée, le reggaeman Serges Kassy se signale avec un single intitulé « C’est vous ! ». « C’est vous ! » est un pont que l’artiste exilé jette entre lui et ses fans africains. Il vient ainsi briser l’omerta célébrée par certains artistes jadis engagés et qui se sont laissés volontairement phagocytés par un système liberticide. Mais comme le disait l’artiste lui-même : « cabri mort n’a pas peur de couteau » C’est donc en véritable « cabri mort », au risque de sa vie, qu’il pointe du doigt les crimes à caractère ethnique commis par les forces pro-Ouattara avec l’aide de « l’armée de Babylone ».
 
Pour éviter que de tels faits se perpétuent en Afrique, l’artiste appel à l’éveil des consciences de la jeunesse africaine. Le courageux, le diseur de vérité mérite qu’on l’écoute. « C’est vous les assassins de mon peuple…. » Serges Kassy vient briser l’unanimisme construit autour des morts de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire. 3000 morts qui sont pour l’essentiel l’œuvre de Laurent Gbagbo ! De la presse internationale à la Cour pénale internationale en passant par la presse et les leaders politiques du pouvoir ivoirien, le bourreau est Laurent Gbagbo. Cette vue étriquée qui ne manque pas d’irriter est battue en brèche par le reggaeman. Il crie donc sa colère et invite les observateurs à connaitre les assassins. Pour l’artiste, c’est « l’armée de Babylone » qui a « bombardé des sites civiles » et les forces militaires opposées au pouvoir de Gbagbo qui ont tué.
 
Ce sont eux « les tueurs ». Les dégâts attestent de la véracité de ses propos: résidence officielle du Président Gbagbo, Présidence de la République, commissariats, brigades de gendarmerie, pillage de domiciles privés, tueries de Nahibly, Duékoué, exécutions sommaires à Abidjan et à l’intérieur…. Ceux qui ont été tués sont en général membres de « l’ethnie de Laurent Gbagbo » et tout cela « pour de simples élections ». Se sentant dans l’impossibilité d’épuiser le sujet (le titre dure 03 min 30 s), l’artiste à dû calibrer sa vérité. Mais, quand nous pénétrons sa pensée, nous comprenons que « l’ethnie de Gbagbo » et une « simple crise électorale » doivent être saisies dans un sens large.
 
Il s’agit en effet des partisans de Laurent Gbagbo que la cartographie électorale de 2010 situe sur l’ensemble du territoire ivoirien avec une forte concentration à l’ouest, au centre-ouest, au sud et à l’est. Ces partisans auraient pu échapper à la mort si Babylone et son armée avaient refusé de cautionner le faux en acceptant de respecter la décision souveraine du Conseil Constitutionnel ivoirien. Ayant ainsi refusé d’emprunter la voie simple de règlement du conflit électoral, Babylone a autorisé ses filleuls à être « les tueurs » du peuple ivoirien. Le diseur de vérité Serges Kassy ne s’arrête pas en si bon chemin.
 
Après avoir présenté « les assassins », il s’adresse à la jeunesse africaine. « C’est vous qui devez sauver…réveillez-vous » L’artiste engagé n’a pas échappé au traumatisme causé par l’intervention brutale de « l’armée de Babylone ». Il a fini par tirer une conclusion, d’ailleurs partagée par les panafricanistes « en réalité nous ne sommes pas indépendants ». Il y a donc lieu « de faire bouger les choses ». Mais qui sont ceux qui doivent agir ? A cette question, Serges Kassy répond : « C’est vous jeunesse africaine». Cette jeunesse constitue donc le siège de tous les espoirs de l’artiste, elle est une force d’impulsion.
 
Pour amener la jeunesse à agir, il pointe à l’horizon l’avenir qui est en jeu. Mais il ne le dit pas en vain. Il sait qu’en Côte d’Ivoire le désir d’accaparement des ressources a constitué la couche essentielle de l’intervention de Babylone. Or qui dit ressources, parle d’avenir, avenir de la jeunesse. Il ne fait pas de chantage, mais présente plutôt la réalité des choses à la jeune génération.
 
Dans le même moment, c’est un appel à l’unité, à la solidarité afin de parvenir à défendre les intérêts de l’Afrique. Tente-t-il de nous dire que les africains ont toujours été divisés et enclins à défendre des intérêts catégoriels ? En tout cas, c’est ce que son message à la jeunesse africaine suppose. Evidemment si l’Afrique parlait d’une même voix, l’artiste n’aurait pas intitulé son single « C’est vous ! ». Le constat est donc clair, l’Afrique désunie a autorisé la guerre en Côte d’Ivoire, en Libye et actuellement au Mali.
 
Pour lui, c’est seul le réveil africain qui permettra à l’Afrique d’être « dans le concert des nations ». Il s’agit d’une Afrique indépendante, libre et digne. Il vient ainsi se faire le porte-parole de l’œuvre de Kwame N’Krumah. « C’est vous !» se présente en définitive comme une sorte de Janus.
 
Deux messages dans un même titre. Les aficionados de l’artiste engagé, les panafricanistes, la jeunesse pourront trouver en ce single, la sève nécessaire à leur combat.
 
Bravo l’artiste.
 
Alain Bouikalo

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de yakocotedivoire.over-blog.com
  • Le blog de yakocotedivoire.over-blog.com
  • : Blog créé à la suite de la crise post électorale en côte d'ivoire afin de me servir d'outil de compilation d'informations de toutes provenances.
  • Contact

Recherche

Liens