8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 12:50

 

Le gouvernement, suite à l’attaque du camp militaire d’Akouédo- le plus important de Côte d’Ivoire- dans la nuit du 05 au 6 aout 2012, précédée de celle du commissariat du 17 ème arrondissement de Yopougon, qui ont globalement fait 10 morts dans les rangs des Forces républicaines de Côte d’Ivoire ( Frci), a désigné les pro-Gbagbo, responsables de ces attaques.


Toutefois,  des informations de diverses sources croisées, notamment militaires et diplomatiques, laissent clairement  apparaitre  que le « coupable peut  ne pas être  là où on  le désigne ». Nos informateurs mettent plutôt à l’index plutôt éléments des Frci dont certains se plaignent ouvertement de leur sort.


Dans la nuit de samedi 4 au dimanche 5 août 2012, une attaque du commissariat  du 17 ème  arrondissement de Yopougon, menée par des hommes en  treillis, que certains policiers présents au poste,  ont vite fait d’assimiler  à « des Frci » et  menée par une dizaine d'hommes armés de fusils d'assaut AK-47. Cette attaque de Yopougon  n’avait visé que des éléments des Frci en faction devant le commissariat, les policiers ayant été épargnés. 


Selon nos sources, il s’agit d’un règlement de compte entre les factions rivales des Frci. Elle était également destinée à  « faire libérer certains éléments des Frci  raflés un peu plus tôt et détenus au poste de police  ». «  Ce n’est pas le fait d’assaillants ou de miliciens. Ce sont des éléments des Frci qui sont venus libérer leurs frères d’armes » soutient une source policière présente cette nuit-là au commissariat.


Entre les différentes factions des Frci, ce n’est pas le parfait amour, notamment entre Pro-Soro et Pro-Ouattara, fait valoir une source proche des Frci.  Les mêmes faits, selon un officier de police  au commissariat du 11 ème arrondissement de Williams-ville se sont produits vers la fin du mois de juillet 2012 où des «  éléments des Frci sont venus libérer, nuitamment,  sous la menace de leurs armes, des individus pris dans les filets de la police-militaire et  au cours des rafles et détenus au 11 ème arrondissement ».


Lorsqu’on met cote à cote ces faits et  en grattant aujourd’hui,   la paille des derniers évènements,  on  s’aperçoit, en tout cas, au terme de notre enquête, que les deux attaques de Yopougon et d’Akouédo, présentent un dénominateur commun. Il s’agirait d’actions de  mécontentement  interne aux Forces républicaines de  Côte d’Ivoire menées par  certaines recrues qui voient leur avenir en pointillé et sans perspectives réelles.  De fait, depuis quelque temps, le feu couve sous la cendre dans les rangs des Frci dont le nombre est estimé à un peu plus de  55.000 hommes dont seulement moins de 15 %, soit entre 2 000 et 3.000  devraient intégrer les Frci.  L’intégration des supplétifs, dont les contours, plus ou moins ambigües,  sont décriés  par de nombreuses recrues. Celles-ci  crient à la discrimination et au favoritisme. Sur les sites de regroupement, ce recrutement à double vitesse a pourri l’atmosphère.  Au mois de juin dernier, une montée d’adrénaline  s’était, notamment emparée du site de Yopougon sur lequel un  colonel s’était rendu pour calmer les nerfs des soldats. 

 

Quand les nouveaux treillis mettent le feu


Depuis, la situation s’est tassée, jusqu’à la  semaine dernière quand, l’Etat-major des Frci a pris possession d’une quantité importante de nouveaux treillis.  Selon notre source, «  ce sont ces nouveaux treillis qui ont mis le feu aux poudres, parce que l’information qui circule sur les sites de regroupement et dans les casernes fait état de ce  que seuls, les  bénéficiaires de ces treillis qui intégreront, effectivement, les Frci ». Du coup, l’horizon se brume pour ceux d’entre les Frci qui attendent  la régularisation de leur situation. Et en l’absence d’informations de la hiérarchie,  « ils ont décidé de se faire entendent par les armes », nous apprend notre source.


Cette  thèse est d’ailleurs voisine à celle de l’hebdomadaire « Jeune Afrique », qui a fait état hier, sur son site, citant des diplomates en poste à Abidjan que ces attaques sont la conséquence d’une montée de la  moutarde au nez de certains éléments supplétifs des Frci qui se disent exclus des rangs des Frci. « Pour les milieux diplomatiques d’Abidjan, c'est d'ailleurs de ce côté qu'il faut chercher.  L'attaque ressemble bien à une action de supplétifs FRCI qui n’ont toujours pas été pris en compte par le pouvoir. C’est une sorte de signal qu’ils donnent au gouvernement pour accélérer la réforme du système de sécurité et de l’armée (RSSA), en panne depuis plusieurs mois », affirme un diplomate européen. La réforme de l`armée est l`un des plus grands défis du pouvoir depuis la crise, mais tarde à se mettre en place.


Relativement à l’attaque d’Akouedo, selon des témoins, les assaillants arrivés à bord d’une colonne de Pick-up  aux environs de 03 h du matin, ont  pris, presque sans combat, le nouveau camp d’Akouédo, après avoir arrosé les cinq soldats postés à l’entrée principale.  Au cours des échanges de tirs avec les soldats, les assaillants perdent un homme mais ne se découragent pas. Ils mettent aussitôt le cap sur la poudrière du camp. Dans l’armurerie, ils récupèrent 240 fusils AK-47 qu’ils emportent avec eux ainsi qu’un important lot des nouveaux treillis  dont la distribution devrait commencer dès hier dans les casernes d’Abidjan et de l’intérieur du pays.  « Si l’intention ici était d’opérer un coup d’Etat, ils auraient  mis la main sur les armes lourdes qu’ils avaient à porter de main, notamment des mortiers, des obus de mortiers. Ils se sont contenté des Kalachnikovs comme s’ils voulaient délivrer un message » fait valoir une source proche du ministère délégué à la Défense, citée par ce confrère.  Le commando  aurait pris  la route de Bingerville pour  s’évaporer dans la nature. Ces attaques de personnes inconnues ont fait sept morts au total.


Quatre corps étaient visibles par terre dans un bâtiment à l`entrée du camp, dont la porte avait été défoncée. Du sang avait été projeté sur le sol et les murs. A un poste de garde et à une sortie, deux autres corps gisaient au sol. Accompagné du chef d`état-major des FRCI, le général Soumaïla Bakayoko, et du ministre de l`Intérieur Hamed Bakayoko, le ministre de la Défense a affirmé qu’ ‘’autour de 03H00 du matin (locales et GMT), ce camp a fait l`objet d`une attaque ciblée par les deux entrées. Nos hommes sont venus en renfort (...) et autour de 5H00 du matin nous avons pu repousser ces assaillants’’. ‘’Des ratissages et des battues  étaient en cours dans les villes et quartiers avoisinants pour pouvoir les dénicher’’, a-t-il ajouté. Des Casques bleus sont également basés dans un secteur du camp d`Akouédo mais ils n`ont pas été engagés dans le combat, a précisé une source onusienne. En tout état de cause, la  sécurité a  été renforcée, aussi bien à Abidjan que dans toute sa ceinture. 


Armand B. DEPEYLA

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de yakocotedivoire.over-blog.com
  • Le blog de yakocotedivoire.over-blog.com
  • : Blog créé à la suite de la crise post électorale en côte d'ivoire afin de me servir d'outil de compilation d'informations de toutes provenances.
  • Contact

Recherche

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog