Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:59

ABIDJAN, 18 juin (Xinhua) -- Deux autorités administratives du nord du pays ont trouvé refuge dans d'autres circonscriptions suite aux violences et menaces enregistrées dans leurs zones respectives, ont rapporté mardi des témoins à Xinhua.

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:55

Selon des sources judiciaires proches du Tribunal de 1ère Instance d’Abidjan-Plateau, une audience sera ouverte demain, mercredi 19 juin 2013, relativement à 90 prisonniers politiques du régime Ouattara, détenus pour certains, en liberté provisoire pour d’autres.

Au nombre de ces prisonniers pro-Gbagbo figurent Mme Simone Ehivet Gbagbo ; Sangaré Abou Drahamane ; Pascal Affi N’Guessan ; Michel Gbagbo ; l’ex-Premier ministre, Gilbert Aké ; l’ancien ministre des Affaires étrangères, Alcide Djédjé et d’autres ministres du dernier gouvernement du Président Laurent Gbagbo avant son renversement le 11 avril 2011.

Si toutes les parties impliquées dans le dossier dont les avocats des prisonniers politiques se disent prêtes, la chambre d’accusation pourrait rendre sa décision au terme de l’audience. En d’autres termes, la chambre pourrait dire si elle confirme ou non les charges portées contre ces 90 personnalités de l’ancien régime ivoirien.

En effet, le régime Ouattara via sa « justice des vainqueurs » poursuit les 90 prisonniers politiques pour « atteinte à la défense nationale, attentat ou complot contre l’autorité de l’Etat, constitution de bandes armées, direction ou participation à un bande armée, participation à un mouvement insurrectionnel, atteinte à l’ordre public, coalition de fonctionnaires, rébellion, usurpation de fonction, tribalisme et xénophobie ».

Toutes ces accusations irréalistes contre Simone Gbagbo, Abou Drahamane Sangaré, Aké N’Gbo, Affi N’Guessan, Michel Gbagbo et les autres ont fait l’objet d’une ordonnance de règlement du juge d’instruction du 10ème cabinet de la cellule spéciale d’enquête en charge du dossier. Ce juge a conclu, a-t-on appris, qu’on peut retenir toutes ces charges, perçues par ailleurs comme des crimes, contre la majorité des 90 prisonniers politiques. A l’exception de l’accusation de « coalition de fonctionnaires » qu’il n’a pas retenue contre certains des prisonniers.

Interrogés hier, des avocats des prisonniers politiques se sont gardés de commentaire. L’on saura cependant, plus tard, qu’ils pourraient demander un renvoi de l’audience pour mieux préparer la défense vu que le délai de mercredi est cours. Comme on le voit la mascarade judiciaire se poursuit sous Alassane Dramane Ouattara.

Didier Depry
didierdepri@yahoo.fr

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:41
MAN

MAN

ABIDJAN (Xinhua) – La désertification menace 70% de la population rurale avec plus de 110 000 hectares de plantations et 67 000 hectares de forêts dévastées par les sécheresses en Côte d’Ivoire, révèle le gouvernement ivoirien.

« Plus de 70% de la population dépendant des cultures de subsistance est menacée par la sécheresse », indique le ministre ivoirien de l’Environnement, de la Salubrité urbaine et du Développement durable, Rémi Allah Kouadio, dans la déclaration du gouvernement publiée à l’occasion de la Journée mondiale de la désertification et de la sécheresse lundi.

Au cours des 30 dernières années, la Côte d’Ivoire a connu plusieurs périodes de sécheresse dont les plus critiques remontent à 1982, 1983 et 1998.

Selon le ministre, les sécheresses ont occasionné d’importants feux de brousse qui ont dévasté plus de 110 000 hectares de plantations de café et de cacao dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial et plus de 67 000 hectares de forêt.

Environ six millions d’hectares de terre agricole disparaissent chaque année à cause de la progression de la désertification, soulignent les Nations unies.

Pour le ministre Allah Kouadio, la lutte contre la dégradation des terres, la désertification et les effets de la sécheresse est « l’affaire de tous et nécessite par conséquent une participation active de tous ».

« Une coopération intense à tous les niveaux de décisions et d’actions est également nécessaire », a-t-il précisé.

La Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse vise à sensibiliser l’opinion publique aux risques liés à la désertification et à la sécheresse, l’inviter à la conservation des terres, de l’eau et de leur utilisation durable, sont entre autres les objectifs de cette célébration.

La 19ème édition est célébrée cette année sous le thème « N’asséchons pas notre futur ».

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:36

alassane_ouattara

Abidjan, 17 juin (AIP)- Le président ivoirien, Alassane Ouattara, de retour à Abidjan, lundi, de Libreville (Gabon) où il a pris part à la deuxième édition du New York Forum Africa, a annoncé la participation de plusieurs hommes d’Affaires d’Afrique et du monde entier au forum « investir en Côte d’Ivoire » prévu pour se tenir en « début 2014″.

A Libreville, le ministre ivoirien du Commerce, de l’Artisanat et de la promotion des PME, Jean-Louis Billon, a invité plusieurs hommes d’affaires venus prendre part au New York Forum Africa, à venir participer au forum « investir en Côte d’Ivoire » en « début 2014″ , chose que ces derniers ont accepté, a fait savoir M. Ouattara, à son arrivée à l’aéroport d’Abidjan.

« Grande bourse des investissements avec plus de 2 000 investisseurs potentiels »,  » Investir en Côte d’Ivoire (ICI) », avait été initialement programmé par le gouvernement ivoirien pour novembre 2013, lors du Conseil des ministres du 22 janvier 2013, avant d’être, cette fois-ci, annoncé pour début 2014.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, y participera en qualité d’invitée spéciale et une journée entière sera réservée à la SFI, dédiée au Partenariat Public-Privé.

kkp/tm

(AIP)

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:33

Anne-Ouloto

Sujets de beaucoup de maltraitance et de violence dans nos sociétés du fait du silence complice de nos autorités politiques et traditionnelles, les enfants en Afrique constituent un problème de société d’urgence.

A cet effet, comme tous les états membres de l’union africaine (ua), la Côte d’Ivoire commémore la Journée de l’enfant africain (Jea), instituée le 16 juin de chaque année, en hommage aux événements malheureux de 1976 à soweto en Afrique de sud sur des écoliers. Ainsi, du 16 au 19 juin 2013, le problème de cette frange de la population sera au centre des préoccupations autour du thème «Eliminer les pratiques sociales et culturelles néfastes affectant les enfants : Notre responsabilité collective».

Hier, lundi 17 juin 2013, à l’occasion du lancement officiel de la Jea, à l’espace Crae uemoa (Plateau), Anne Désirée Oulotto, ministre de la solidarité, de la famille, de la femme et de l’enfant, a lancé un appel contre les violations graves à l’endroit des enfants : exploitation agricole et ménagère, mutilation et mariage précoce chez la fillette, crime d’enfant dit sorcier, porte malheur, (…).

«L’enfant est un trésor, un héritier, le successeur, l’avenir d’une nation», a t elle lancé en insistant sur la priorité pour le président de la République, Alassane Ouattara et son épouse, Dominique Ouattara, marraine de ladite journée, de faire des enfants, des adultes épanouis de demain. Pour cela, leurs droits ne doivent pas être bafoués.

Pour sa part, Bokei Aude, présidente du Parlement des enfants de Côte d’Ivoire, a porté sa doléance à la ministre Anne Désirée Ouloto, notamment la signature de l’arrêté ministériel instituant son institution officiellement au regard de son action menée pour la réhabilitation des droits des enfants depuis plus de 10 ans.

Morgan EKRA
Le Nouveau Réveil

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:30
Jah Gao, camp commando Abobo

Jah Gao, camp commando Abobo

Cote-d’Ivoire, dans la commune d’Abobo, l’une des plus grandes d’Abidjan, des agressions multiples ont été signalées ces dernières semaines. Des bandes de jeunes s’en prennent aux passants à la nuit tombée. Malgré l’intervention des forces de l’ordre, les habitants sont de plus en plus inquiets. Il ne reste que quelques heures aux enfants pour jouer dans la rue.

Vers 20 heures, beaucoup d’habitants d’Abobo rentrent chez eux pour éviter de tomber sur ceux qui ont tué le gérant d’une cabine téléphonique il y a quelques jours, plusieurs dizaines d’adolescents armés de couteaux, machettes et tessons de bouteilles. «On ne traque pas les bandits avec des lance-roquettes» c’est le centre de coordination des déci sions opérationnelles, le ccDo, qui intervient dans ces cas. Une force mixte composée de militaires, de gendarmes et policiers, mais cette unité n’est pas la mieux outillée pour ce genre d’opération aux yeux de Moussa Dosso, secrétaire de l’union des jeunes de la commune d’Abobo (uJcA) : «Le CCDO se déplace avec des armes lourdes. On ne peut pas traquer les bandits avec des lance roquettes. Et en ce qui concerne la traque des bandits, il faut le faire avec la police judiciaire (PJ) parce que non seulement ils ont une expérience de la chose, mais la PJ, quand elle arrive sur le terrain, elle se trouve en civil».

Certains jeunes pensent à s’organiser en milices d’auto défense. Un climat qui inquiète Yaya Traoré, l’imam de la mosquée Fitya d’Abobo : «On a lancé des appels à travers des sermons afin que l’autorité puisse réagir et très rapidement parce que c’est une gangrène. Ca va être une situation encore dramatique. Les gens ont la psychose partout et quand il y aura des affrontements, ça va être vraiment difficile pour la population d’Abobo». Beaucoup d’habitants accusent ces bandes de prendre de la drogue dans les nombreux fumoirs de la zone et demandent la destruction de ces lieux.

 

Source : Rfi
Le Nouveau Réveil

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:26

koneco

Koné Cheick Oumar “cuisiné’’ par le tribunal

La justice ivoirienne veut situer les responsabilités dans le détournement des fonds alloués à l’indemnisation des victimes des déchets toxiques. C’est dans ce cadre que le président de l’Africa Sport, Koné Cheick Oumar, a été attendu hier, lundi au tribunal du Plateau par la juge d’instruction Dosso Juliette.

Le patron de la société Koneco, arrivé aux alentours de 09 heures au Palais a donné sa part de vérité sur son implication ou non dans le détournement de 4,658 milliards FCFA alloués à l’indemnisation des victimes des déchets toxiques. Le 16 février 2012, la police économique avait produit les résultats de ladite enquête qui ont été transmises au parquet d’Abidjan. Cette action a même conduit au remerciement du ministre Adama Bictogo du gouvernement.

Depuis cette période, c’est la première fois que M. Cheick Koné Oumar est entendu dans le cadre de cette affaire par la juge du 1er cabinet d’instruction en charge de ladite instruction et ce, après plusieurs convocations infructueuses selon nos sources. Après une audition très serrée, Koné Cheick est sorti du bureau de ladite juge à 16H précises accompagné de son avocat dans la plus grande discrétion. Rien n’a filtré de l’entretien entre la juge et le mis en cause.

Mais courant juillet 2011, des victimes avaient saisi le procureur de la République d’une plainte pénale avec constitution de partie civile portant sur le détournement de 18,750 milliards FCFA qui devaient être dus aux 25 mille victimes sur les 29,624 victimes des déchets toxiques. Des victimes que nous avons jointes au téléphone ont déploré le fait que Cheick Koné soit relâché après cette audition. Mécontents du verdict, celles-ci observent ce matin un sit-in pacifique devant le ministère de la Justice sis à la Tour B de la cité administrative pour selon eux dénoncer cette relaxe.

BS
Le Mandat

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:21

3846109b459c127523da707b47c162c1

Après l’euphorie générale de la victoire contre Laurent Gbagbo, au terme d’une bataille politico-militaire sans précédent, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, avait inscrit essentiellement sur son calepin les questions économiques, la reconstruction et la réconciliation. Deux années après un marathon économico-diplomatique qui l’a conduit dans les quatre coins du monde et permis à la Côte d’Ivoire de retrouver sa place de locomotive de la sous-région et de la repositionner dans le concert des nations, le numéro 1 Ivoirien est à la manœuvre pour se succéder à lui-même en 2015. Il a sorti sa calculette politique et remis sa casquette de stratège. Dans cette perspective, les stratégies pour la conservation du pouvoir exécutif ne manquent donc pas.

Le deal Ouattara – Soro

Le chef de l’Etat, à en croire des indiscrétions, aurait signé un «pacte secret» avec l’actuel patron de l’hémicycle ivoirien. Dans ce «deal politique», la mission confiée à Guillaume Soro est de faire en sorte que le président Alassane Ouattara ait un deuxième mandat. Le Député de Ferké qui a reçu cinq sur cinq cette consigne, est à l’œuvre sur le terrain. Récemment en visite officielle à Dakar, la capitale du Sénégal, il n’a pas caché cette ambition de faire réélire Alassane Ouattara à la tête de la Côte d’Ivoire. Le président de l’Assemblée nationale a affirmé son soutien à la candidature du président Alassane Ouattara à l’élection présidentielle de 2015.

Pour un second mandat. Avec la ferme volonté de «consolider les acquis économiques et démocratiques ». «Je ne serai pas candidat en 2015. Je me mets à la disposition du président de la République pour faire en sorte qu’il ait un second mandat. Parce que le premier mandat de Alassane Ouattara a été exclusivement consacré à renouer les fils qui s’étaient distendus, cassés, entre les fils et les filles de la Côte d’Ivoire», avait-il indiqué lors d’un entretien avec la presse sénégalaise. Le ton a été clairement donné.

Le président de l’Assemblée nationale est en campagne pour son mentor. En témoigne ses propos : «Durant son premier mandat, le président Ouattara s’est mis au travail au plan économique et la Côte d’Ivoire est revenue à niveau (…) A mon avis, il faut lui donner un second mandat pour consolider les acquis», a-t-il soutenu. Guillaume Soro ne se limite pas seulement aux déclarations. Dès son retour du pays de la Teranga, il s’est investi aussitôt, personnellement, dans les préparatifs de la visite d’Etat du PR dans le District des Savanes du 2 au 8 juillet prochain. Face aux cadres de la région du Tchologo, le samedi 14 juin dernier, au Golf Hôtel, il a sonné la mobilisation des filles et fils de cette partie de la Côte d’Ivoire et promis de descendre dans l’arène pour la réussite de cette visite.

La promesse du Chef de l’Etat

Qu’est-ce qui fait courir Guillaume Soro ? Dans ce « deal », nos sources très introduites dans les méandres du Rdr révèlent que le Chef de l’Etat aurait promis la présidence du parti des Républicains à Guillaume Soro. L’actuel Député de Ferkessédougou affûterait donc ses armes pour être dans le starting bloc en 2020. Le Président de l’Assemblée nationale dans les préparatifs de son accession au pouvoir exécutif bénéficie du soutien total de son mentor qui n’hésite pas à mettre à sa disposition son carnet d’adresses à travers le monde en vue de gommer son image de «Chef rebelle». Dans l’ombre, le numéro 2 ivoirien, se prépare discrètement mais efficacement.

L’équation Hamed Bakayoko

Une interrogation tarabuste les observateurs du microcosme politique ivoirien. La position du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko. Militant des premières heures et homme très proche du couple présidentiel, le «Golden boy» comme on l’appelle affectueusement sur les bords de la lagune Ebrié embarrasse. Il se raconte dans l’entourage du ministre de la Sécurité, sa volonté de prendre la tête du Rassemblement des républicains, Rdr. Et dans ce projet politique, le patron des flics ivoiriens serait à la manœuvre sur le terrain.

Très adulé au sein du parti où il a le soutien de nombreux caciques, l’homme serait en train de bâtir sa stratégie. A l’image du Président de l’Assemblée nationale, le «securocrate» du gouvernement est sur le terrain pour préparer la réélection de son mentor. En sa qualité de président du comité d’organisation, Il est aussi impliqué personnellement sur le terrain pour les préparatifs de la visite d’Etat du président de la République dans le District des Savanes. Le duel Guillaume Soro – Hamed Bakayoko pour le contrôle du Rdr promet. Pour l’instant, ils devront prendre leur mal en patience. La priorité étant la réélection du brave tchè.

Ben SYL
Le Mandat

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:19

iewmyikg

Divo, 18 juin (AIP)- Une intoxication alimentaire survenue dans le village de Tiégba, sous-préfecture de Guitry, a fait deux morts, a-t-on appris de source hospitalière.

Selon le directeur du Centre hospitalier régional (CHR) de Divo, suite à cette intoxication alimentaire, deux des neuf personnes admises samedi dans sa structure sanitaire, en sont mortes.

Aip

Rkk/kkp/kp

Repost 0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:17

mkouveau

Le porte-parole du gouvernement ivoirien Bruno Koné a annoncé mardi à Abidjan la reprise « imminente » du dialogue entre le gouvernement et l’opposition.

M. Koné qui intervenait lors d’un entretien avec des journalistes a indiqué que les autorités affichent les meilleures dispositions pour engager les discussions à partir de lundi (24 juin).

« Le dialogue n’avait pas été interrompu. Nous avons maintenu le contact avec les partis et mouvements de l’opposition », a noté M. Koné, relevant que cette importante rencontre sera placée sous le signe de l’optimisme et de l’ouverture.

« Le gouvernement demeure positif et optimiste. Nous avons la volonté de voir pays réconcilié », a-t-il énoncé en substance.

Pour le porte-parole du gouvernement, il est de bon aloi que l’Etat ivoirien coopère avec toutes les forces vives y compris l’opposition, pour une bonne marche du pays.

Plusieurs leaders de l’opposition interrogés se sont dits favorables et prêts à la reprise du dialogue.

« Nous croyons au cadre permanent de dialogue et nous continuerons à y participer. Il y a lieu de faire en sorte que tous les points de vue puissent se rapprocher », a déclaré la vice-présidente de la coalition Agir pour la nation (APN, coalition de l’opposition) Danièle Boni Claverie.

Pour celle-ci, les concertations précédentes ont fait tomber le climat de méfiance, en dépit de quelques insuffisances.

Plusieurs aspects, tels que la sécurité, le retour de partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo exilés et la recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI) devraient être abordés au cours des échanges entre le gouvernement et l’opposition.

L’opposition pro-Gbagbo avait boycotté les élections législatives et les élections locales pour protester contre la non prise en compte de ses préoccupations.

Le gouvernement ivoirien et l’opposition renouent ainsi le dialogue qu’ils avaient entamé quelques mois auparavant.

Source: Agence de presse Xinhua

Voir les commentaires

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de yakocotedivoire.over-blog.com
  • Le blog de yakocotedivoire.over-blog.com
  • : Blog créé à la suite de la crise post électorale en côte d'ivoire afin de me servir d'outil de compilation d'informations de toutes provenances.
  • Contact

Recherche

Liens